"La meilleure voie pour renouveler la pensée est de sortir de l'imagination humaine."

Bernard Werber

Bonjour,
Aujourd'hui : "Ne lèche pas tomber !"
Où l’on découvre que les bisous magiques guérissent vraiment.

 

2017, Parc national de la Comoé, Côte d’Ivoire. Dans la termitière, c'est l'alerte générale : une brèche vient de s'ouvrir ! D’énormes fourmis Matabele ont percé la couche de terre, dégageant la voie à leurs congénères plus petites qui se jettent dans l’ouverture. En une poignée de minutes, des centaines de termites sont abattues pour être ramenées à la fourmilière et... dévorées.

Fourmis Matabele ouvrant la pellicule protectrice du site des termites, photo : ETF89
Voir en grand

 

Heureusement, la colonie assiégée parvient à organiser une riposte, et des soldats termites aux mandibules énormes arrivent en renfort. Dans les deux camps, les morts et les blessés s’accumulent.

Termites soldats (tête brune et mandibules noires), photo : Scott Bauer
Voir en grand

 

À l’issue de ce terrifiant massacre, l’entomologiste Erik Frank observe le retour de la troupe de fourmis victorieuses. Les plus grosses traînent des corps derrière elles : ceux des vaincus pour nourrir la fourmilière, mais aussi ceux des fourmis blessées...

Fourmi Matabele transportant des termites, photo : ETF89
Voir en grand

 

De retour dans le nid, les insectes improvisés infirmiers prodiguent des soins à leurs camarades blessés : ils immobilisent les membres sectionnés à l’aide de leurs pattes avant et lèchent abondamment les plaies ouvertes.

Et ça fonctionne ! Sans ce traitement, 80 % des blessés périssent avant 24 heures, alors que 10 % seulement des fourmis soignées finissent par succomber à leurs blessures !

Fourmi Matabele nettoyant la blessure d’une camarade estropiée (en vert), photo : Erik Frank
Voir en grand

 

Pour comprendre à quoi servent les léchouilles des "infirmiers", Erik Frank a placé la colonie dans un environnement stérile, sans aucune bactérie.

Résultat, le taux de mortalité des individus non soignés passait de 80 % à seulement 20 %. L’infection par des bactéries serait donc la principale cause de décès, et la salive des infirmiers jouerait un rôle antiseptique.

Erik Frank auprès de son installation de nid artificiel de Matabele, photo : Erik Frank
Voir en grand

 

Mais ce n’est pas tout : dans un hôpital de campagne humain, le médecin décide quel patient sera traité et quel autre est trop grièvement blessé pour survivre. Chez les fourmis Matabele, c’est le patient qui décide !

Un insecte légèrement blessé se replie en boule pour faciliter son transport ; au contraire, une fourmi gravement blessée s’agite dans tous les sens et fait tout pour dissuader ses sauveurs de la ramener. Comme toujours avec les fourmis, ce qui est utile à l’ensemble l'emporte. La communauté avant tout !

Regarder le reportage de National Geographic sur le comportement des fourmis (vidéo en anglais)

Vous fourmillez d'idées ?
Partagez cette anecdote avec vos amis !

Partager l'anecdote par email
 
Partager l'anecdote sur Facebook
 
Partager l'anecdote sur Twitter
 
Partager l'anecdote sur LinkedIn
 
 

" La meilleure voie pour renouveler la pensée est de sortir de l'imagination humaine. "

- Bernard Werber -

Racontée par Océane Jentil

Jeu concours : l'avant-première

Sur la fleur, quelle est la matière première du miel ?

 

En un clic, dites-nous ce que vous en avez pensé

Un avis ou une idée d’anecdote à nous partager ?
On attend vos p'tits mots sur contact@artips.eu ou au 0972586775
Artipsement vôtre,
L’équipe Artips

 
Partager l'anecdote sur Facebook
 
Partager l'anecdote sur Twitter
 
Partager l'anecdote sur Instagram
 
Partager l'anecdote sur LinkedIn
 

Copyright © Artly Production SAS, Tous droits réservés.

Passez nous voir !
ARTLY PRODUCTION SAS,
9 boulevard de la Madeleine
75001 Paris

Informations Légales